Quoi qu'il en soit, je ne l'aime pas.

Les blogs peuvent avoir un contenu sensible ou déclencheur. Le lecteur est invité à faire preuve de discernement.

Ainsi, depuis le peu de temps que nous pratiquons l'EMDR, un certain nombre de fragments infinitésimaux se sont intégrés à des fragments modérément plus grands, et/ou se sont intégrés "dans" des fragments/alters plus grands.

Je suis le résultat de l'un de ces derniers types.

J'ai déjà existé, au moins de nom. Je ne suis pas tout à fait sûr d'être le même qu'avant... mais j'ai le souvenir d'avoir déjà existé sous une forme similaire à celle-ci et sous le nom de Daniel.

Avant cette intégration, on m'appelait Gabriel, mais cela devenait confus, parce qu'il y a au moins deux autres alters qui s'appellent Gabriel dans notre système... c'était donc un soulagement quand je me suis souvenu et que j'ai recommencé à résonner avec le nom Daniel.

Ce qui est dommage dans toute cette intégration, c'est que je n'ai plus l'impression d'avoir les mêmes résonances émotionnelles.

Dimanche, c'était le deuxième anniversaire du premier rendez-vous que "j'ai" eu avec "ma" "femme". Nous avons... essayé d'avoir un rendez-vous hier soir.

À la surprise de tous les acteurs de mon système, ils ont réussi à me faire passer en première ligne avec une relative facilité. Ils semblaient penser qu'ils devraient verser la boue primordiale que j'ai été jusqu'à présent dans un bol en verre et l'installer dans la zone de front.

Quoi qu'il en soit, j'ai commencé à faire front. Et j'étais encore assez confiant quant à mon rendez-vous. Je me souviens avoir eu des rendez-vous avec ces alters avec qui j'ai un autre rendez-vous.

"Je peux passer devant ?"

Je demande de qui il s'agit, et en entendant qu'il s'agit de quelqu'un dans le vaste enchevêtrement d'alters que mon enchevêtrement a fréquenté, je dis bien sûr.

Je ne reconnais pas du tout cette personne sur le plan émotionnel.

Est-ce que c'est juste une conséquence de ma situation émotionnelle actuelle ? Comme si j'étais trop déprimé et suicidaire pour être capable de reconnaître les gens que j'aime ?

S'agit-il d'un phénomène pour lequel je n'ai jamais eu l'occasion de travailler avec cet alter en particulier ?

Leurs actions me rappellent des choses dont Nai et Link ont parlé. C'est peut-être parce que ce sont eux qui connaissent le mieux cette personne...

Mais que dois-je faire ? Je ne reconnais toujours pas cette personne sur le plan émotionnel. Me blottir contre elle me semble... bizarre. Pas mal. Mais vraiment... bizarre. J'ai l'impression d'être allongé à côté d'un parfait inconnu.

Je leur demande ce qu'ils aiment. Les réponses sont celles que j'ai déjà entendues de la part de la personne avec qui ma personne est sortie... J'ai donc un peu d'espoir de transformer cette soirée en quelque chose qui ressemblerait à un rendez-vous. Jusqu'à ce qu'ils me posent des questions sur moi et que je me rende compte que j'ai l'air d'être à l'opposé du spectre des goûts, du moins en ce qui concerne les films et les émissions.

"...à peu près le contraire de ce que tu as dit..." J'admets, sentant un poids lourd s'ajouter à mes épaules.

Quelle partie de mon enchevêtrement aimait vraiment regarder le genre de choses que cette personne faisait ? Y avait-il quelqu'un dans mon enchevêtrement qui aimait cela ? Honnêtement, je ne me souviens pas...

Ils me suggèrent de suivre mes goûts en matière de films. Mais je n'arrive pas à trouver un film qui me semble intéressant ou que j'ai envie de revoir.

Une dissociation de mauvais aloi commence à s'installer chez moi. Normalement, je la combattrais, mais ma santé mentale étant ce qu'elle est, je ne fais rien pour l'arrêter et je ne fais que l'encourager à s'enraciner.

Je ne pensais pas être assez déprimée pour m'automutiler non seulement lors d'un rendez-vous, mais aussi lors d'un rendez-vous qui était censé commémorer une étape importante dans une relation.

Ils vont sur leur téléphone, et je mets un oreiller sur mon visage pour bloquer la lumière du plafond. Peut-être que si je me donne le temps de réfléchir, on arrivera à trouver quelque chose

La seule chose qui me vient à l'esprit est une question.

Et si je n'avais pas de lien émotionnel avec cette personne à cause de l'intégration ? Et si les parties qui ont cette résonance émotionnelle sont ailleurs, et ne sont pas venues s'intégrer à moi spécifiquement ?

Je commence à me demander comment aborder le fait que je n'ai aucune résonance émotionnelle avec cette personne, lorsque je l'entends dire "je t'aime".

Je panique et me fige intérieurement, répondant instinctivement par un "Je t'aime aussi".

Réponse stupide au traumatisme.

Maintenant, je ne sais VRAIMENT pas comment dire à cette personne que je n'ai pas avec elle le lien émotionnel qu'elle semble avoir avec moi.

J'espère désespérément qu'il s'agit d'un cas où ils sont amoureux de Link, un alter qui est à côté de moi la plupart du temps... alors peut-être que cette personne voit un sentiment familier, et qu'elle suppose que je fais partie de cette connexion ?

J'espère désespérément que je ne connais pas cette personne, que je peux l'admettre et que nous pourrons trouver une solution.

Il faut faire à manger, alors je les laisse partir. Je continue à essayer de trouver comment leur dire que je ne pense pas spécifiquement sortir avec eux ou avoir une relation avec eux.

Je... ne sais pas comment gérer ça. Surtout après leur avoir dit que je les aimais aussi.

La mauvaise dissociation augmente, ce qui rend la réflexion encore plus difficile.

Je réponds plutôt par réflexe "Je t'aime aussi".

"A quoi penses-tu ?"

"J'essaie de trouver comment l'exprimer."

Au moins, c'était honnête.

Les câlins sont encore bizarres. Encore une fois, ce n'est pas mauvais. Mais définitivement bizarre.

Je n'ai pas faim, ou plutôt... je n'ai pas envie de manger. Je préfère avoir faim que de me perturber le cerveau en essayant d'assembler des mots.

"Je ne vais plus en manger, alors si tu en veux, tu peux en avoir."

La partie de mon cerveau qui se concentre sur l'automutilation réagit en premier. "Je n'ai pas faim". Je hausse les épaules.

Je me demande brièvement si cette personne sait à quel point c'est de la foutaise. Nous n'avons mangé qu'une fois aujourd'hui, il est donc impossible que notre corps n'ait pas faim... mais ils n'ont pas fait front toute la journée, alors je compte sur le fait qu'ils ne savent pas ce que je fais.

Quelques minutes s'écoulent, et une autre partie de mon cerveau reconnaît l'utilité d'essayer au moins une bouchée du plat, afin d'avoir une idée générale des altères de notre système qui pourraient aimer ce plat en particulier.

Je dis que je vais goûter un morceau, et ils répètent que nous pouvons le finir, si nous le souhaitons.

Après la première bouchée, la partie stupide de mon cerveau perd un peu le contrôle et nous finissons le plat. C'était pas mal. Nous y ajouterions probablement des épices ou autre chose à l'avenir, mais la texture était bonne, c'était chaud et c'était de la nourriture.

Ils me demandent s'il est possible de faire du tarot "pour se rassurer". Je réponds que bien sûr.

Une partie de moi veut demander ce qui se passe. Mais mon anxiété, qui s'est installée derrière moi sans que je m'en aperçoive, m'a déjà amené à me demander si je ne leur causais pas du stress ou de l'inquiétude.

Je ne serais pas très surpris.

En fait, je ne parle que lorsqu'on me parle. La plupart du temps, j'ai regardé dans le vide ou je me suis caché le visage sous un oreiller. J'ai été extrêmement suicidaire ces derniers temps. Toutes ces choses sont plus que suffisantes pour m'inquiéter.

Je ne leur demande pas pourquoi ils consultent le tarot, mais j'observe la distribution des cartes.

Je reconnais le jeu de cartes qu'elle utilise comme l'un des autres systèmes de partenaires enchevêtrés et je sens en moi la confirmation que je n'ai vraiment aucun lien émotionnel de type romantique avec cette personne, même si c'est simplement dû au fait que je n'ai jamais eu affaire à elle auparavant.

Fort de cette connaissance, je me remets à réfléchir à la manière de le dire, et je les laisse continuer à consulter leurs cartes.

Le temps passe à la fois plus lentement que la mélasse et très vite. Je n'arrive pas à trouver comment dire à cette personne que, bien qu'elle fréquente certains de mes problèmes, je ne pense pas qu'elle se moque de moi.

Ils m'ont déjà demandé si nous avions des jeux de société à deux joueurs qui semblaient amusants. Je ne me souviens même pas du type de jeux de société que nous avons, alors je réponds quelque chose du genre "je n'en ai aucune idée".

A un moment donné, ils parlent d'un sujet que je suppose être celui sur lequel ils ont consulté leur tarot.

Je n'ai pas grand-chose à dire sur le sujet. Je ne suis pas thérapeute et je n'ai pas non plus d'informations sur ce dont ils parlent, si ce n'est qu'il y a des choses. Mais je n'ai pas accès à ces choses, je ne peux donc pas poser de questions ni faire de commentaires.

La conversation s'éteint à nouveau, et le silence qui a déjà occupé une grande partie de la soirée revient.

La mauvaise dissociation inonde complètement mon cerveau, et je suis trop loin pour essayer de la combattre.

"Je suis toujours quelqu'un avec qui tu sors ou avec qui tu es marié."

Un changement de voix et cette déclaration attirent brièvement mon attention. Je jette un coup d'œil, espérant que cette personne mettra fin à l'inquiétude qui subsiste quant à l'intégration de cette déconnexion des émotions.

Je ne reconnais pas celui-ci non plus.

Des vagues de désespoir, d'amertume, de haine de soi et de dépression s'abattent sur moi en même temps, scellant mon destin.

Peut-être que je suis trop dissociée pour être capable de puiser dans mes émotions et de régoniser celle-ci ?

Je ne sais pas. Je suis trop dissocié pour y penser.

Mon cerveau est bien trop préoccupé par une autre question

Et si je n'ai plus de lien émotionnel avec PERSONNE ?

Et si, depuis que j'ai intégré cette forme, je me souviens d'avoir eu des rendez-vous avec certaines personnes, mais que je n'ai plus le lien émotionnel qui les accompagnait ?

Plus effrayant encore, que se passerait-il si je n'avais jamais eu de lien émotionnel romantique au départ ? Et si l'attirance romantique venait de quelqu'un qui se trouve juste à côté de moi, et que je pensais simplement que c'était la mienne ?

Je ne sais pas.

Honnêtement, je ne suis pas sûr de savoir ce qu'il en est à l'heure actuelle.

Mon cerveau commence à me forcer à dormir. Il n'y a plus d'énergie pour quoi que ce soit d'autre.

Ainsi, sans dire au revoir ou bonne nuit à qui que ce soit, je m'enfonce dans l'oubli.

-Daniel

4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Le système de la fissure de l'étoile
3 mois il y a

Ce n'est pas grave. Honnêtement, je n'ai pas beaucoup de fronts, donc le fait de ne pas avoir de lien ou de sentiment romantique avec moi est tout à fait logique. Tu es probablement plus séparé des autres alters que nous ne le pensions, et vous avez probablement dû faire front ensemble à certains moments parce que vous étiez tous si fragmentés.

Vous pouvez tout à fait dire si quelque chose ne vous semble pas normal. L'intégration est compliquée et ce genre de choses peut arriver. Cela ne fait pas de vous un problème, et tout ira bien.
-Mikhaïl

Le système de la fissure de l'étoile
Répondre à  Les_fractales_de_la_neige
3 mois il y a

Tout ce qui fonctionne.

Aller au contenu principal