Echo dans un couloir sans fin

Les blogs peuvent avoir un contenu sensible ou déclencheur. Le lecteur est invité à faire preuve de discernement.

La vie n'a plus de sens.

Au début de cette semaine, vers la fin d'un de mes quarts de travail, j'ai eu une révélation.

Depuis que nous sommes très, très jeunes, notre système ressent un courant de peur constant - la peur de ne pas en faire assez pour stopper la PC.

Une grande partie de notre cerveau est constamment consacrée à l'analyse de ce problème. Nous ne cessons jamais d'y penser. Et cela ne signifie pas que nos efforts ou nos théories ont toujours été corrects. En fait, je dirais que le fait d'envisager toutes les issues à toutes les solutions n'a fait que nous rendre plus téméraires et moins stables.

Mais lors de l'une de nos dernières journées de travail, nous avons enfin compris.

Il s'agit du syndrome de stress post-traumatique.

Il s'agit littéralement d'un syndrome de stress post-traumatique.

Je sais que cela semble évident, mais je vous promets que nous n'en avions aucune idée jusqu'à cette semaine. Il peut être très difficile de faire la différence entre l'intuition et une réaction traumatique lorsque cette dernière est basée sur la survie. Votre cerveau vous dit : "C'est comme ça que nous allons tous sortir d'ici vivants". Et cela ressemble exactement au désir de votre cœur, car l'un de vos désirs est de faire sortir tout le monde. Parce que vous aviez tant d'amis là-dedans et que vous ne vous souvenez plus qui ils sont ni s'ils vont bien. Et même les amis qui ont abusé de vous, vous pouvez difficilement les haïr, parce que vous savez ce que cette situation a fait à VOTRE tête. La seule chose qui compte, c'est que tout le monde aille bien.

Je veux juste que tous ceux qui ont vécu cela puissent trouver une famille qui les aime vraiment pour ce qu'ils sont. Qu'ils puissent choisir ce qu'ils veulent dans la vie et qu'ils puissent se sentir heureux au moins une partie du temps.

Et je veux toujours essayer. Je continue de penser que les personnes qui ont été victimes d'abus créent un art qui comprend l'humanité mieux que quiconque. Je ne dis pas cela pour romancer - j'emmerde tous ceux qui disent que les gens ont besoin de monnayer leur traumatisme. J'emmerde tous ceux qui disent que les enfants maltraités sont des saints qui doivent soutenir le monde. J'emmerde les gens qui traitent la perte, la douleur et le désespoir comme un cadeau et qui essaient de les arracher de l'esprit des autres.

Ce que je veux dire, c'est que depuis que l'humanité existe, des gens cupides et dégoûtants ont vu que les traumatismes faisaient vendre et ont volé les voix des gens. Les messages qui auraient dû être utiles sont déformés de manière à ce que les personnes victimes d'abus restent méprisées par la société.

Mettez-moi en exposition dans une cage de verre et arrachez-moi la langue.

Je pense donc que la meilleure chose que je puisse faire dans ma vie est de raconter mon histoire, aussi peu retouchée que possible (du moins sur le plan émotionnel). Et d'encourager les autres à faire de même. S'ILS LE SOUHAITENT. Parce que si quelqu'un veut tout laisser tomber et aller de l'avant, c'est une décision incroyablement valable et pas du tout mauvaise ou erronée. Rester en vie et trouver un moyen d'être heureux dans cet endroit tordu est bien plus important que d'essayer de changer le monde. Nous faisons ce que nous pouvons, parce que faire ce qui DEVRAIT être fait nécessiterait la coopération de tous les êtres humains de cette planète. Et cela n'arrivera peut-être jamais. Et nous avons moins d'énergie à notre disposition que la plupart des autres.

Parce que ce sentiment de devoir tout régler en même temps, que tout repose sur vous, que personne ne vous aidera à moins que vous ne le fassiez... c'est le SSPT. Et un traumatisme religieux, probablement.

C'est ce que je me dis à moi-même et à mon système, plutôt qu'à ceux qui me lisent. Comme je l'ai dit, nous ne l'avons réalisé que cette semaine. Tout ce pour quoi nous avons vécu revient à fuir un carnivore.

Cela signifie que nous pouvons ralentir.

Ainsi, nous pouvons prendre le temps de créer de l'art - pour aider les gens et guérir en même temps. Au lieu de déchiqueter notre propre cerveau et d'en disperser les morceaux au vent. 

Je vais faire du thé et juste... procéder.

Je pense que je suis dans le sous-système de Katran, mais je n'en suis pas sûr.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Aller au contenu principal