Cela fait un moment que j'y pense

Les blogs peuvent avoir un contenu sensible ou déclencheur. Le lecteur est invité à faire preuve de discernement.

Blahhhhhh, je déteste tout ce qui se passe aujourd'hui.

Je continue d'essayer d'avancer dans la guérison de mon traumatisme et je me heurte à la réalité inéluctable qu'un jour je vais devoir pardonner à ma mère.

Je ne veux pas dire que ce qu'elle a fait est acceptable. Je ne veux pas dire qu'il ne faut plus jamais la voir ou lui parler. 

Je veux dire affronter intérieurement la rage que je ressens à son égard. Je veux dire cesser de penser à elle. Je veux dire démêler le fil barbelé de ses actions de mon cerveau, le laisser tomber et m'éloigner.

Grâce à une personne aimable dont je ne me souviens plus très bien, j'ai su très tôt que la façon dont ma mère me traitait n'était pas correcte. Et, sans hésiter, je le lui ai fait savoir. J'ai été brutale.

Elle m'a répondu en me disant qu'il était difficile d'être une bonne personne dans n'importe quelle situation. 

Et j'ai répondu en me jurant obstinément que je ferais tout ce qu'elle prétendait impossible.

Chaque. Chaque. Chose.

[Je n'ai pas l'énergie de tout raconter maintenant, mais il y a un livre que j'aime depuis l'enfance qui s'appelle Comment être un dragon sans se brûler la langue].

Pouvez-vous imaginer l'épuisement et l'autosabotage qui en résulteraient ? Surtout si ma mère s'en aperçoit ?

J'ai retiré l'ADN de ma mère de mes bras massacrés et j'ai appelé cela une victoire. Je ne recommande pas ce mécanisme d'adaptation.

C'est pourquoi je dois lui pardonner. Sinon, je ne cesserai jamais de m'autodétruire.

Je ne suis pas encore prête, mais j'en suis consciente. Et je ne vais pas mentir, ça craint.

Nous avons besoin de plus de thé.

-Charles

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
saoirse.t-e-c
Administrateur
2 mois il y a

Il m'a fallu beaucoup de temps pour pardonner à mon père. Le pardon ne signifiait pas que tout allait bien. Cela ne signifiait pas que je l'avais soudainement ramené dans ma vie. Il était toujours toxique. Mais j'ai compris son humanité, qu'il avait lui-même été maltraité et qu'il souffrait d'une maladie mentale. Nous avons également réalisé que nous voulions/devions couper tous les liens avec lui, non seulement sur le plan de la communication, mais aussi sur le plan du karma et de la spiritualité. Nous avons consulté une grande prêtresse wiccane et avons fait un rituel pour couper tous les liens avec lui, dans cette vie et dans les suivantes, et lui avons pardonné sa dette karmique et tout ce qui nous liait l'un à l'autre, pour l'éternité. En fait, nous l'avons rayé de notre existence, mais nous ne pouvions le faire qu'une fois que nous lui avions pardonné.

Aller au contenu principal