Exes and Why's - TW : exs abusifs, faible estime de soi, SH

Les blogs peuvent avoir un contenu sensible ou déclencheur. Le lecteur est invité à faire preuve de discernement.

Une note de Desi à tous ceux qui liront ceci : c'est long. Il est traumatisant. Il y a beaucoup de déclencheurs ici, alors s'il vous plaît ne lisez pas si vous pensez que vous ne pouvez pas le supporter. Jess a écrit ce texte pour faire le point sur certains de ses traumatismes passés et pour travailler sur d'autres sentiments de problèmes d'estime de soi et de haine de soi qui persistent. Il ne s'agit pas d'un message de pitié ou d'attention. Il s'agit simplement d'un moyen pour Jess de traduire certaines de ses horreurs passées dans son esprit et de les purger. Nous apprécions tous ceux qui nous liront et compatiront, et nous serions heureux d'en discuter avec d'autres. Cependant, nous n'écrivons pas ces mots pour autre chose qu'un moyen de se débarrasser du passé et de guérir. Nous vous remercions d'avance.

 

 

Ici Jess. Aujourd'hui, j'ai envie de parler de mes ex. L'animatrice originale, Maria, n'est plus là, mais j'ai récupéré tous ses souvenirs, et tout cela me semble très personnel (bien sûr, il y a aussi un fort sentiment de syndrome de l'imposteur, mais bon). Mais elle est partie à peu près en 2013 et après cela, c'est moi qui ai été l'hôte.

D'accord, il y a d'abord eu une série de petits amis au lycée. Ils étaient tous plus ou moins nuls, mais d'une certaine manière, c'était un amour enfantin, comme l'amour des chiots. I pensée Je savais ce qu'était l'amour, et je pensée Je connaissais le chagrin d'amour, mais non, je me faisais des illusions avant le genre adulte d'amour et de perte. Parfois, j'aimerais que tous mes chagrins d'amour soient restés des chagrins sûrs et stupides, comme ceux de l'époque où j'étais petit ami au lycée.

Ensuite, il y a l'université, mon premier petit ami à l'université, ma première vraie relation d'adulte. (Les noms seront omis, je n'utiliserai que des initiales pour garder une certaine cohérence). Z était tellement cool. Et gentil. Et drôle. Nous avons fait l'amour dehors, sur la pelouse devant mon dortoir. Z était excitant. Z était un coureur de jupons et ne se souciait pas vraiment de qui le savait. J'avais le corps le plus sexy de toute ma vie à l'université, mais je ne me sentais toujours pas assez grande en taille 12 par rapport à la taille 4 A, ou à la taille 2 C, ou au modèle Barbie des pom-pom girls, ou au sosie de l'actrice Scarlett Johansen... J'ai frappé un mur de briques après avoir surpris Z en train de flirter avec des filles. Je ne sais toujours pas si j'ai cassé quelque chose, parce que la pauvreté, oui, mais j'ai eu des bleus, j'ai gonflé et je n'ai pas pu m'en servir pendant des semaines. Le pire, c'est que lorsque Z m'a larguée, il est parti avec une fille qui me ressemblait étrangement, mais qui faisait une taille 20/22. Ma jalousie et ma rage n'étaient rien d'autre que de la paranoïa aveugle et de la stupidité.

Après l'université (je n'ai eu qu'un semestre, je n'ai pas pu me le permettre par la suite et la dette du prêt étudiant m'a paralysée de peur), j'ai rencontré un homme en ligne. E était charmant. Il n'était pas très beau, mais il était grand et drôle, et il m'a payé un ticket de bus pour que je puisse le rencontrer. De toute façon, ma vie entière s'était effondrée autour de mes oreilles, alors je fonctionnais entièrement sur la manie, la solitude, le rejet et le Red Bull. Quand je suis arrivée, il m'a présenté son autres J'ai senti un saut de disque dans mon cerveau. J'avais déjà été attiré par des filles et, en toute honnêteté, la première fille que j'ai embrassée au lycée a été suivie de près par la seconde, sa petite amie, alors oui, j'avais déjà été dans une situation comme celle-ci. Mais pas à long terme. Et je ne savais pas si je pourrais le faire sans jalousie. Mais j'étais là, et il me restait deux semaines avant d'aller chez ma mère, alors j'ai fait ce que je fais le mieux, et j'ai essayé une nouvelle chose, en espérant que ce ne serait pas comme la fois où j'ai essayé le wasabi.

K était magnifique. Après avoir appris à la connaître un peu, je l'ai adorée. Elle m'a embrassé avec de petits mordillements à la fin, et m'a mordu comme un piranha, mais tout mon corps s'est enflammé. Elle a le plus beau cul en forme de cœur que j'aie jamais vu. E a été lentement mis à l'écart, je suppose, et a essayé de reprendre le contrôle comme seul un homme sait le faire, par la domination. Lorsque la perversité a été introduite dans notre relation, ou plus exactement, lorsque j'y ai été plongé la tête la première, j'ai été à la fois ravi et terrifié. La flagellation m'a fait sentir vivante. Les compresses de feu m'ont fait sentir électrique. La soumission à E m'a fait me sentir en sécurité. Le bondage m'a fait sentir qu'on s'occupait de moi. Mais finalement, comme toutes les bonnes choses, ça s'est vite dégradé.

Nous assistions régulièrement à un événement communautaire kink, un Rocky Horror Picture Show, où le spectacle était diffusé sur un projecteur de toile, mais où des personnes se trouvaient devant le projecteur et reconstituaient le spectacle de manière hilarante. Il y avait aussi d'autres activités kink, comme un maître de la corde qui attachait les gens, des groupes de personnes qui distribuaient des coups de fouet et des coups de bâton comme des bonbons, et d'autres groupes de personnes dans divers états vestimentaires qui se faisaient des choses diverses les unes aux autres. C'est à ce moment-là qu'est née Andi. C'était le paradis des hédonistes, le guichet vendait de l'alcool et E veillait à ce que nous soyons toujours au moins éméchés. Pour moi, l'ivresse signifiait un accès facile à la sortie pour Andi.

Andi était la vie de la fête, participant à tout ce qu'elle pouvait, flirtant outrageusement avec tout ce qui avait un pouls. Nous avons rencontré J, un géant terrifiant, qui était naturellement un ours câlin, et nous avons aussi rencontré B, qui avait des piercings à des endroits amusants, et nous avons rencontré une fille dont j'ai oublié le nom, mais elle a essayé de nous libérer de ce qu'elle considérait comme une relation clairement abusive, et Andi a fait de son mieux pour tirer parti de l'inquiétude de la fille. Tout cela nous ramène à E et K, car bien sûr, le flirt scandaleux d'Andi les rendait tous les deux jaloux. C'est bien beau de parler de polygamie, mais peu de gens sont capables d'en faire autant. Moi y compris.

Après notre retour à la maison, K s'est enfermée dans la salle de bain avec un rasoir et a insisté sur le fait qu'elle allait se suicider. E et moi avons essayé d'enfoncer la porte. Pour un appartement de merde, ces portes semblaient faites de briques. Lorsque nous avons finalement réussi à lui faire ouvrir la porte, elle ne s'était coupée qu'en travers, pas de haut en bas, mais il y avait beaucoup d'entailles, et certaines étaient profondes. Nous lui avons mis un bandage et l'avons emmenée à l'accueil le lendemain. J'ai alors découvert qu'elle subissait un traitement qui m'a indigné au plus haut point et qui m'a un peu terrifié : la thérapie par électrochocs. Elle était pratiquement un zombie lorsque nous l'avons prise en charge. Elle tressaillait souvent. Elle ne se souvenait de rien. Elle dormait beaucoup. E et moi nous sommes disputés, lui disant que cela la soulageait et que je n'étais pas là depuis assez longtemps pour comprendre, et moi disant que c'était dégoûtant et monstrueux, et que cela la transformait en légume. Peu après, j'ai dû aller chez ma mère, et E m'a larguée en me déposant à la gare routière. Il m'a quittée en me disant : "Tu es trop difficile à gérer". Ces mots sont devenus un mantra blessant constant dans la vie jusqu'à récemment.

K ne m'avait pas largué, mais la longue distance ne fonctionnait pas très bien, alors nous avons pris des chemins différents. J'ai trouvé un emploi dans un McDonald's de merde à l'intérieur d'un Walmart, un endroit particulièrement infernal. Pendant que j'étais avec E et K, j'ai rencontré un autre gars, je vais l'appeler A/N parce qu'il a eu deux noms différents à différents moments de nos vies, et il est un peu important dans cette histoire. Nous nous sommes rencontrés lors d'un munch, qui est en fait un déjeuner ou un dîner auquel participent des personnes perverses, mais pas d'événements ou de vêtements pervers pour être admis dans un bon restaurant. A/N était magnifique. Grand, les yeux bleus, un poète pour l'amour de Dieu, des lèvres pulpeuses qui pouvaient faire des choses ignoblement étonnantes... Pour reprendre les mots d'un alter que nous avons eu une fois et qui était une femme au foyer des années 50, c'était un dreamboat.

A/N est resté en contact avec moi quand j'allais chez ma mère, et a fini par obtenir un billet de bus pour venir me rendre visite. Il m'a demandé de l'épouser dans le McDonald's où je travaillais. C'était ringard et stupide, mais mon cœur de romantique l'a adoré, alors j'ai dit oui. Rétrospectivement, je crois que c'est à ce moment-là que j'ai commencé à apprendre que lorsqu'une fille dit oui à un homme, à moins qu'il ne s'agisse d'un homme bien, il croit qu'il l'a eue, qu'il l'a accrochée et qu'il a cessé d'essayer. La romance se tarit très vite et finit par se transformer en "Va chercher ma bière, femme !" et nous devenons l'accessoire de leur addiction aux jeux vidéo. Quelques semaines plus tard, j'ai rencontré un homme alors que je travaillais tard pour éviter A/N et le reste de ma famille merdique. La misère et le TPL m'ont poussée à rester pour passer du temps avec ce type. Andi a accepté de sortir avec lui.

Naturellement, A/N n'a pas apprécié la suite des événements. Était-ce de la triche ? Sans aucun doute. Andi n'était pas toujours celle qui contrôlait la situation, ce n'est que lorsque j'étais en train de boire qu'elle s'est manifestée. Le reste, c'était ma propre erreur. Nous n'étions plus qu'un lit où dormir, un trajet jusqu'au GameStop pour qu'il puisse acheter de nouveaux jeux, une maison où il pouvait brancher sa Xbox et jouer à des jeux. Je me suis sentie ignorée. Avec A, le nouveau, je me suis sentie belle. Je me suis sentie à nouveau sexy et amusante. 

J'ai porté un corset et un jean pour notre premier rendez-vous, et je suis rentrée chez lui. Son père a cru que j'étais une prostituée. Je me suis disputée avec le petit ami de ma mère parce que je passais la nuit dehors, comme si j'étais sa fille adolescente. Il m'a mise à la porte lorsque je lui ai dit que je n'étais pas, en fait, sa fille adolescente. Je suis restée avec A. Bien sûr, A/N n'était pas du tout content. Je lui ai dit de rentrer chez lui et que je lui enverrais sa bague par la poste. Il m'a dit où la coller. Je l'ai jetée dans l'obscurité du parking de Walmart. J'espérais qu'une fille viendrait et serait heureuse de trouver un nouveau bijou. Elle était fausse de toute façon, et elle a rendu mon doigt vert.

Au début, la vie avec A était merveilleuse. Nous faisions l'amour tout le temps, dans des positions intéressantes dans lesquelles je ne savais même pas que je pouvais me plier. Je disais en plaisantant que j'étais un bretzel sexuel humain. A jouait aussi aux jeux vidéo, mais il m'incluait, et il a trouvé la chose la plus drôle au monde lorsque j'ai été tellement obsédée par Final Fantasy XVIII que je l'ai expulsé de sa propre Xbox pendant des jours, jusqu'à ce que je l'aie terminé. Il adorait les Pokemon, alors je lui ai dessiné un petit livret avec tous ses Pokemon préférés, et une photo de lui et moi en tenue de dresseur de Pokemon avec un bébé Pikachu. La vie était belle et nous étions heureux.

Puis, notre première dispute a eu lieu. Je ne me rappelle même pas de quoi il s'agissait. Je me souviens juste que c'était grave. Quand A s'est mis en colère, il est devenu violent. C'est là que Desi est sortie. Elle a pris ce qu'elle pouvait porter dans ses mains, a appelé ma grand-mère et s'est mise à marcher. Elle nous a sortis de ce qui était devenu une situation d'abus. Et comme une idiote, lorsque A a appelé une semaine plus tard pour demander pardon, je nous ai replongés dans cette situation. A est la personne qui m'a fait croire le plus longtemps que les gens ne changent pas. Un cycle d'abus vicieux s'est mis en place, je revenais en courant, il me faisait du mal, Desi partait, il appelait et s'excusait, disant qu'il avait changé, qu'il s'était fait aider, qu'il m'aimait, qu'il fallait revenir, et c'est ce que j'ai fait. Je suis tombée dans le panneau à chaque fois. Pendant plus de six ans, par intermittence.

Entre-temps, lors d'une période creuse avec A, j'ai déménagé dans l'État où j'ai rencontré E et K. A/N était également originaire d'ici, et nous avons repris contact à un moment donné. Mais d'abord, laissez-moi vous parler de M. Elle était extraordinaire. Lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois, elle était dans le placard et se faisait appeler He. Au fil du temps, elle s'est présentée à nouveau et, bien sûr, j'ai accepté. Je ne juge pas, je veux juste que les gens soient heureux avec eux-mêmes, quel que soit le nom qu'on leur donne. M était drôle, intello, portait un trench-coat, conduisait une Honda pourrie qui avait connu des jours meilleurs, et aimait Repo l'Opéra Génétique et les animés. Elle m'a emmené dans des magasins de bandes dessinées et à des soirées de jeux avec des amis, et a inspiré mon amour pour les jeux sur table et le Monde des ténèbres. Le sexe n'était pas toujours au top, sa dysphorie la frappait à des moments délicats, mais elle savait que j'avais un DID et elle m'aimait quand même. Je l'ai convaincue de se raser et de porter de jolies tenues, et elle m'a convaincu d'accepter davantage mes parties cassées et de laisser les alters passer leur temps libre. M est le premier et le seul partenaire que Desi ait jamais eu. C'était une erreur de laisser M rencontrer Desi.

M était également poly, et à un moment donné, nous sommes sortis avec K. Oui, la magnifique ex avec le cul en forme de cœur. Le monde était si petit dans cette région. K avait perdu sa silhouette, mais entre-temps, moi aussi, je l'avais perdue, alors nous nous sommes revus et sommes retombés très amoureux. Cette fois-ci, cependant, j'ai commencé à apprendre que les choses n'étaient pas tout à fait ce qu'elles semblaient être avec K. Tout d'abord, K m'a parlé de ses nombreuses rencontres avec des AS. J'avais en fait rencontré l'un des agresseurs présumés et j'avais été horrifiée. J'ai immédiatement coupé tout contact avec lui. Ils avaient eu un enfant ensemble, mais ses parents avaient l'enfant et E essayait d'en obtenir la garde. K m'a également révélé qu'elle souffrait d'un trouble obsessionnel-compulsif. C'est là que les choses deviennent très obscures pour moi. Auparavant, K n'avait jamais montré le moindre signe de TDI. Aujourd'hui, soudainement, des années plus tard, elle présente tous les signes, de manière exagérée et dramatique, allant jusqu'à avoir une crise complète avant un changement. Ses changements correspondaient également aux miens : Alli sortait et K avait un petit alter qui sortait, Andi sortait et K avait un alter de fêtard sauvage, j'avais un alter masculin nommé Andre qui sortait et bien sûr K avait un alter masculin qui sortait pour jouer à des jeux vidéo avec lui. Tous ses doubles avaient des noms similaires aux miens. Alison était sa petite fille, Andromeda était sa fêtarde, Anthony était son homme, Destiny était sa version de Desi. Je ne savais pas à l'époque ce qu'il fallait en penser, et je ne le sais pas non plus aujourd'hui. Ce que je sais, c'est que d'après les personnes à qui j'ai parlé d'elle depuis, elle n'a pas eu de signes de DID depuis qu'elle est avec moi. C'est... beaucoup.

Desi est partie pour deux raisons : premièrement, K la mettait très mal à l'aise, car elle était une escorte et refusait de divulguer si elle prenait des traitements après son travail ou si elle se soumettait à un dépistage pour s'assurer que M et nous étions en sécurité après avoir eu des rapports sexuels avec elle. Desi soupçonnait fortement qu'elle avait contracté l'herpès en cours de route et a insisté pour que nous arrêtions de coucher avec elle jusqu'à ce que cela soit divulgué et réglé, ce qui a provoqué une dispute et la rupture. Deuxièmement, M a commencé à utiliser Desi comme un jouet sexuel. Non, j'aimerais bien plaisanter. 

M a commencé à prêter attention aux choses qui déclencheraient Desi, et à la manipuler pour qu'elle se dévoile afin d'avoir des relations sexuelles. Avec elle et seulement elle. J'étais ignorée et négligée. J'ai sombré dans un état dépressif lorsque j'ai réalisé ce qui se passait, ressentant plus que jamais le syndrome de l'imposteur. Je ne pouvais pas donner à M ce qu'elle voulait, je déclenchais toujours sa dysphorie. Quand je sortais, M m'ignorait, si j'essayais de lui faire des câlins, elle sursautait et insistait sur le fait qu'elle avait des choses à faire. J'ai commencé à m'automutiler à un rythme que je trouvais moi-même légèrement alarmant, mais je me sentais complètement engourdie et je m'en moquais. Desi a commencé à se sentir utilisée, elle prenait des douches brûlantes et nous frottait la peau jusqu'à ce que nous saignions. Elle en a eu assez et est partie, nous inscrivant dans un établissement. Ce sera notre deuxième ou troisième admission volontaire, mais la plus importante, car nous avons fait une percée et avons enfin été diagnostiqués.

Après le désastre avec M et K, nous sommes retournés chez ma mère. Nous nous sommes remis avec A pendant un certain temps, et nous sommes tombés enceintes. Ce fut un désastre. Maman avait beaucoup de gens qui logeaient chez elle à l'époque, dont un couple que nous connaissions tous. La fille faisait une taille zéro, avait des cheveux roux flamboyants et portait les vêtements les plus dévergondés qu'elle pouvait trouver en se pavanant autour de A. Naturellement, il bavait beaucoup. Pendant ma grossesse, on m'a diagnostiqué une pré-éclampsie, une maladie qui provoquait beaucoup de gonflements et pouvait entraîner des crises d'épilepsie, entre autres complications dangereuses. La veille de l'accouchement de ma fille, je pesais 1,5 kg. Cette fille qui flirtait avec A était l'ennemi public numéro un dans mon livre, et A était un salaud pour m'avoir dit qu'il avait le droit de regarder, mais pas de toucher, étant donné que j'avais regardé et même touché quand j'étais avec A/N et que je suis devenue avec A. Apparemment, à ses yeux, un infidèle un jour est un infidèle toujours.

Une fois le bébé arrivé, j'ai été placée sous divers médicaments. De toute façon, je ne pouvais pas allaiter, j'avais de la morphine dans le sang quand je l'ai eue pour la première fois, alors on l'a nourrie au biberon, et elle n'a plus voulu prendre le sein par la suite. Encore une autre raison pour laquelle j'étais une ratée aux yeux de tous. J'ai commencé à prendre du Lithium, du Tegretol, du Halydol et d'autres médicaments qui m'aidaient à dormir. J'étais constamment nauséeuse, fatiguée et incapable de me concentrer sur quoi que ce soit. Je mangeais à peine et je dormais beaucoup. Parfois, je dormais pendant que le bébé pleurait pour être nourri ou changé, et la famille de A me traitait comme une droguée. Ils limitaient mes contacts avec le bébé, me l'enlevaient toujours des bras, craignant que je ne le fasse tomber. A m'ignorait. J'avais découvert qu'il me trompait plusieurs fois déjà, et bien que cela m'ait fait mal, j'étais tombée dans une mentalité de "je le mérite pour l'avoir quitté, et j'ai trompé A/N avec A, donc je suis une tricheuse aussi". Mon estime de soi était au plus bas.

Un soir, je me suis préparé à aller au lit et j'ai pris une grosse poignée de chacun de mes médicaments.

Quand je me suis réveillé, j'avais un tube dans la gorge et des bandages sur les bras. Apparemment, Andi avait décidé d'ajouter l'insulte à la blessure et de couper nos bras en morceaux avec un couteau de cuisine après que j'ai perdu conscience à cause des pilules. J'ai commencé un séjour d'un mois dans un centre de soins hospitaliers. À ma sortie, A a rompu avec moi et m'a mise à la porte. Il m'a dit en guise d'adieu : "Tu es trop, je ne peux pas supporter ça".

Je pouvais retourner dans la maison infestée de cafards de ma mère, qui avait déjà fait l'objet d'une descente du SWAT à cause des drogués qui y vivaient, me retrouver à la rue ou accepter l'offre d'hébergement d'un ami. Aucun de ces environnements n'était propice à la prise en charge d'un enfant. J'ai eu une terrible vie nomade et abusive en grandissant et je voulais tellement mieux pour mon bébé. J'ai signé les papiers avec la sœur de A, qui m'a accordé la garde temporaire jusqu'à ce que je puisse loger et entretenir ma fille correctement sans poser de questions. Lorsque je suis partie chez mon amie, ma fille, âgée de 2 ans à l'époque, s'est accrochée à moi et m'a suppliée de ne pas partir, de l'emmener avec moi. Je n'ai jamais eu le cœur aussi brisé de ma vie que cette nuit-là.

Mon ami était, vous l'avez deviné, un nouveau petit ami. Je ne l'avais pas prévu, c'était juste un ami au départ. Son nom commençait également par un E, nous l'appellerons donc E2. C'était un de ces types qui se fait passer pour un gentleman mais qui a un sourire de requin. Le sens du danger était séduisant. Bien sûr, Andi a toujours aimé jouer avec le feu. E2 avait également une petite amie, qui vivait dans un autre État, B. Elle était à l'opposé de lui et de K, comme la nuit l'est au jour. B était douce, naïve, câline, brillante, pétillante, joyeuse. Elle était protégée et je l'adorais. Elle pratiquait les remèdes naturels pour tous les maux, mais croyait fermement que les médecins avaient parfois besoin de médicaments, comme pour les vaccins, le cancer, etc. E2 était... Eh bien, il était fou d'une manière à laquelle même Desi ne s'attendait pas. Nous n'étions ensemble que depuis quelques mois, et c'était passionné, sauvage et insouciant. B nous avait rendu visite, mais elle était retournée dans son état, et il n'y avait que moi et E2. Un jour, il m'a dit qu'il devait aller passer du temps en prison pour des infractions au code de la route afin que son permis de conduire soit rétabli. Il a laissé toutes ses affaires derrière lui. J'ai attendu les deux semaines qu'il m'avait annoncées. Il n'a jamais appelé. Il ne m'a jamais fait savoir quand il était parti. Nous avions prévu que je vienne le chercher. J'ai laissé d'innombrables messages vocaux.

Trois semaines et deux jours après son départ pour laver son nom, il a enfin répondu. J'étais un rabat-joie. Il avait été récupéré par un de ses amis et avait fait la fête toute la semaine depuis sa libération. Il avait obtenu un billet pour aller vivre avec B. Aurais-je la gentillesse d'envoyer ses vêtements et son ordinateur portable à son adresse ? Oh, au fait Jess, tu étais vraiment très difficile, trop même.

Ces mots m'ont rongé. Trop. J'étais trop. J'étais un casse-pieds. J'étais trop dramatique. Trop de folie. J'étais toujours trop.

Je suis revenu à A/N et M. Il s'avère que K était elle-même un peu perturbée et avait décidé qu'elle avait besoin d'un fauteuil roulant. Pourquoi ? Je ne saurais vous le dire. Elle avait subi une opération non urgente et insisté sur le fait qu'elle avait besoin d'un de ces sacs qui vident l'estomac, et elle pouvait à peine marcher toute seule, oh et au fait K est maintenant J et se fait appeler they/them, et a été SA par M, et moi, et plusieurs autres, et allait en Grande-Bretagne pour être avec l'amour de sa vie. Je ne regrette toujours pas d'avoir serré la main de leur nouveau partenaire et de les avoir remerciés d'avoir éloigné J de nos côtes. Le sentiment de vengeance pour avoir été accusé à tort d'agression en valait la peine un million de fois. M et moi n'avons pas duré très longtemps. J'avais trouvé une autre petite amie en cours de route, trans R, qui était collante et nécessiteuse et aussi plus qu'un peu raciste. Cela n'a pas duré longtemps non plus, car R a tenté de s'interposer entre moi et M. Peu après, M. a sombré dans le désordre le plus complet et a tenté de se suicider alors que j'essayais de gérer notre déménagement, qu'elle avait eu un accident de voiture, que nous conservions notre emploi et que nous suivions une thérapie. Je l'ai laissée dans le centre d'accueil, lui disant qu'elle devait se concentrer sur elle-même et que, pour ma propre santé mentale, je ne pouvais pas participer à cela.

A/N m'avait pour lui tout seul. Il a insisté pour que nous déménagions dans un État voisin, où il avait des amis qui lui trouveraient un emploi dans la sécurité et où il pourrait gagner beaucoup d'argent. Raviver notre relation a été une mauvaise idée. La mère de toutes les mauvaises idées. Il m'a traitée comme si je devais être reconnaissante qu'il m'ait reprise après ce que je lui avais fait. Il estimait qu'il avait le droit de me traiter comme une propriété et non comme une personne. Je n'étais pas autorisée à faire mes propres choix et il n'était pas obligé de s'occuper de moi de quelque manière que ce soit. Une nuit, il a mis ses mains autour de ma gorge jusqu'à ce que je m'évanouisse, continuant à avoir des relations sexuelles avec moi alors que j'étais inconsciente. Il m'a donné plusieurs coups de poing et, à mon réveil, j'avais plusieurs bleus et des saignements à des endroits intimes. Par la suite, je n'ai couché avec lui que si j'étais ivre ou défoncée, car j'avais commencé à fumer de l'herbe pour atténuer mes crises d'angoisse. Il me mettait constamment en scène. Nous nous disputions et, d'une manière ou d'une autre, il finissait par me pardonner moi. Andi s'est révélée à un moment donné et a insisté pour aller voir un ami dans un autre état, ce qui a bien sûr causé d'énormes problèmes avec A/N. Andi s'en est bien sûr moquée, elle est sortie avec plusieurs personnes et a fait la fête toute la semaine. Je suis rentrée à la maison avec la gueule de bois et A/N m'a dit qu'il n'allait pas venir me chercher à l'aéroport. Il a fini par le faire, mais seulement après m'avoir laissé transpirer pendant plusieurs heures que je risquais de me retrouver à la rue.

C'est à cette époque que j'ai commencé à parler avec l'homme le plus extraordinaire que j'aie jamais rencontré, mon fiancé actuel. Son nom commence par un K, mais je refuse de l'appeler K2 parce que le premier K ne mérite pas cette reconnaissance, alors nous l'appellerons KH. Il m'a envoyé un message sur un site de perversité sur lequel Desi avait créé un profil dans l'espoir de trouver quelqu'un d'amusant mais pas comme M., et j'ai été complètement conquise. Il était gentil, poli, et parlait de son chat et du fait qu'il donnerait n'importe quoi pour être le tout de quelqu'un. Bien sûr, A/N l'a détesté. Mais il n'avait pas grand-chose à dire, puisqu'il avait rompu avec moi cette fois-ci, alors j'étais moi-même. KH et moi sommes restés debout très tard à discuter. Nous partagions de la musique, de la poésie, de la littérature, des films, des photos. Il était drôle, gentil, attentionné et passionné. Il m'a dit qu'il ne me traiterait jamais comme les autres. Qu'il ne lèverait jamais la main sur moi, sauf par amour. Il a accepté mes alters et mes diverses maladies mentales et m'a dit que j'en étais d'autant plus forte, que je pouvais les considérer comme une malédiction, mais qu'il les considérait comme une bénédiction, parce qu'elles faisaient de moi ce que je suis, et qu'il m'aimait tout entière.

Naturellement, c'est à ce moment-là que A/N a réalisé qu'il allait me perdre pour toujours, et qu'il lui faudrait alors trouver un nouveau punching-ball. KH et moi en avons parlé, mais il était terrifié pour moi, et quand il a parlé, mon cerveau a traduit sa peur en possessivité contrôlante. A/N a gagné, et KH et moi avons eu une rupture difficile. C'était le moment le plus malheureux pour que mes instincts de préservation entrent en jeu. A/N a commencé à me traiter avec gentillesse et m'a parlé de l'emploi de ses rêves, de la sécurité assurée, de l'achat d'une maison, d'une voiture, du fait que je n'aurais pas à travailler si je ne le voulais pas et que je pourrais simplement m'adonner à mes hobbies et faire du bénévolat (cela fait longtemps que je veux faire du bénévolat pour plusieurs causes). Il a recommencé à me faire des avances et la vie a été plutôt agréable. J'ai travaillé dans une agence d'intérim, j'ai fait de la restauration et j'ai travaillé dans la cafétéria d'un collège. Nous étions très pauvres et j'ai commencé à fumer des cigarettes lorsque l'herbe s'est épuisée. Nous nous rendions dans des centres d'aide alimentaire et nous dormions dans notre camion à moitié en panne sur des parkings et dans des parcs.

Un jour, je l'ai accompagné à l'épicerie. Nous n'avions plus de cigarettes et j'ai proposé de prendre le camion pour aller chercher mon chèque et quelques cigarettes pendant qu'il attendait notre tour pour obtenir de la nourriture. La probabilité que je sois de retour avant notre tour était incroyablement élevée. A/N a décidé que j'allais sortir avec quelqu'un et le laisser tomber. Nous nous sommes disputés. Il a pris les clés et a couru jusqu'au camion, disant que je pouvais rester et trouver un autre endroit où dormir cette nuit-là. Toutes mes affaires étaient dans le camion, alors j'ai couru pour l'arrêter. J'ai pris mon sac à main et mon téléphone, et j'ai essayé de l'empêcher de partir. Ce faisant, il m'a donné un coup de coude dans la joue, ce qui m'a laissé un bleu, et m'a griffé l'épaule (j'en ai encore la cicatrice). Après m'avoir poussée dans le parking, il a claqué la portière et a commencé à sortir. J'ai essayé de m'écarter de son chemin, mais il a continué à faire des embardées comme s'il voulait m'écraser. J'ai réussi à ne pas me faire renverser parce que j'ai trébuché sur un rocher dans le parking. Il a démarré en trombe et n'est pas revenu.

Un homme et sa femme avaient assisté à toute la scène. L'homme m'a donné des cigarettes et la femme m'a aidée à nettoyer le sang, puis ils m'ont convaincue d'appeler la police. Le couple est resté avec moi pendant que je faisais ma déposition, puis m'a emmenée chercher mon chèque, acheter des cigarettes et m'a déposée dans un refuge pour femmes, en me souhaitant bonne chance. J'aurais aimé connaître leurs noms ou leurs numéros pour les appeler et les remercier d'avoir changé ma vie du tout au tout. Le refuge m'a aidée à me remettre sur pied. Ils ont obtenu une aide pour le procès contre A/N. L'avocat m'a dit qu'étant donné qu'il s'agissait d'un cas d'abus si vicieux, je pourrais simplement faire une déclaration écrite et vidéo et ne pas avoir à faire face à mon agresseur au cours du procès. Ma mère s'est arrangée pour que je retourne vivre avec elle. Elle sortait avec quelqu'un d'autre et ce n'était pas un salaud violent comme son ex. D'une manière ou d'une autre, ma mère était plus à l'aise que moi dans sa vie. J'ai envoyé un message pitoyable à KH pour lui dire qu'il avait raison, que A/N m'avait fait des choses terribles et que j'étais vraiment désolée de la façon dont je m'étais comportée avec lui. Il n'a pas répondu.

Plusieurs mois se sont écoulés et j'ai repris pied. J'ai trouvé un nouveau thérapeute, j'ai rendu visite à ma fille aussi souvent que possible et j'ai trouvé un travail qui me plaisait. Le seul inconvénient, c'est que le petit ami de ma mère la traitait comme une reine, mais qu'il me détestait. Une nuit, il m'a empêchée de dormir jusqu'à 4 heures du matin, me reprochant de ne pas m'occuper de ma mère ou de l'appartement, et de n'être qu'une fainéante ingrate. Charmant, lorsqu'ils vidaient constamment mon compte en banque en sortant dans des bars tous les week-ends, me laissant sans le sou.

Des mois ont passé et KH a finalement répondu. Il avait avancé dans sa vie et était devenu le leader d'un groupe Facebook de païens spirituels et faisait des lectures de tarot professionnellement, il avait donc été occupé et n'avait pas vu mon message. Nous avons repris contact, d'abord timidement, et reconstruit une amitié. Au cours des mois suivants, la flamme s'est ravivée et nous avons recommencé à parler d'une relation. Nous avions mûri chacun de notre côté pendant notre séparation, mais il est devenu évident que nous ressentions toujours quelque chose l'un pour l'autre. Je n'en revenais pas.

Finalement, j'ai quitté ma mère et j'ai emménagé avec KH. Nous avons connu des hauts et des bas, des difficultés. Être témoin de mon DID à distance était une chose, mais l'être en personne était plus difficile, et pendant un certain temps, cela a causé des problèmes. J'ai failli le quitter à un moment donné, non pas à cause d'abus ou de tromperies, mais parce que j'avais peur, tellement peur, de tout faire foirer d'une manière ou d'une autre et qu'il me considère, comme tous les autres, comme étant de trop. Lorsque je lui ai dit cela, il m'a fait asseoir, m'a prise dans ses bras et m'a parlé.

Il m'a dit : "Tu ne seras jamais de trop. Tu n'es pas parfaite, mais moi non plus, et tu m'aimes toujours, avec tes défauts et tout, comme je t'aime. Ces autres gars t'ont vu comme trop parce qu'ils étaient des cons et des trous du cul. Ils ne pensaient pas vraiment que tu étais trop, c'était juste ce qu'ils disaient pour justifier le fait qu'ils te maltraitaient, que c'était ta faute et pas la leur. Tu ne seras jamais trop pour moi, et je serai à tes côtés jusqu'à ce que tu ne veuilles plus de moi, avec un peu de chance quand nous serons vieux et grisonnants et que tu pourras me frapper avec ta canne et me pousser en bas d'une colline dans mon fauteuil roulant".

J'ai su alors que KH était vraiment l'amour de ma vie. Quoi qu'il arrive, nous nous en sortirions. Il nous arrive de nous disputer, mais nous en parlons une fois que nous nous sommes calmés. Il n'a jamais levé la main sur moi en signe de colère. Il ne m'a jamais trompée et m'a même prévenue chaque fois qu'une femme a essayé de le draguer. Nous avons essayé le poly, mais certains de mes traumatismes sont ressortis et il a immédiatement annulé l'opération et a concentré toute son attention et sa dévotion sur moi. Je n'ai qu'une gratitude infinie pour lui et je sais que j'ai enfin trouvé mon foyer, mon lieu sûr, et que je guéris de mes ex et de mes pourquoi.

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Les_fractales_de_la_neige
5 jours il y a

La façon dont vous parlez de "KH" à la fin me rappelle la façon dont nous considérons notre système d'épouse/partenaire. Notre système a eu son propre parcours bizarre et traumatisant avec des ex, et même si nous connaissons StarFissure depuis l'enfance, cela nous choque encore que tout leur système puisse "nous supporter"

Les_fractales_de_la_neige
Répondre à  muse
5 jours il y a

Nous sommes tout à fait d'accord avec notre système de partenariat. Il est sauvage. Mais très agréable.
Et c'est très, très vrai. ^.^ ce sont des gens merveilleux, donc ils doivent voir quelque chose de très bien s'ils choisissent de rester dans les parages.

Aller au contenu principal