Le traumatisme lié à l'autisme

Les blogs peuvent avoir un contenu sensible ou déclencheur. Le lecteur est invité à faire preuve de discernement.

Nous avons récemment appris que les personnes autistes sont plus susceptibles de développer des troubles traumatiques. Parlons-en.

Nous avons été diagnostiqués autistes à l'âge de 14 ans, et c'est une chose avec laquelle nous avons constamment lutté. Nous avons passé de nombreuses nuits à pleurer jusqu'à ce que nous nous endormions parce que quelqu'un nous avait traités de stupides, nous avait dit que nous étions "trop" ou avait utilisé notre autisme pour profiter de nous. Nous avons rencontré de nombreuses personnes qui ont mal compris (parfois à dessein) nos paroles et les ont déformées pour les utiliser contre nous, en mettant dans notre bouche des mots que nous n'avons jamais prononcés. Des membres de notre famille (principalement du côté de mon père) ont invalidé nos expériences et se sont même moqués de nos traits autistiques, tout en niant notre autisme.

En plus d'être atteint de DID, c'est beaucoup à gérer.

Selon la recherche, les personnes autistes sont environ 60% plus susceptibles de développer un trouble traumatique que les personnes neurotypiques. Cela s'explique en grande partie par plusieurs facteurs, tels que la difficulté de la personne autiste à percevoir le danger ou à s'autoréguler et à donner un sens à quelque chose. Les personnes autistes sont également plus susceptibles d'être traumatisées par des choses qui sont considérées comme des "facteurs de stress légers" pour les personnes neurotypiques. Il s'agit en particulier de légèrement Je trouve cela amusant, car je ne sais même pas ce qu'est un facteur de stress léger, car je n'ai jamais eu à en subir. légèrement stressé par quelque chose. Je suis soit 100% stressé par quelque chose, soit pas du tout.

Le simple fait d'avoir des relations sociales peut être très traumatisant pour les personnes autistes. Non seulement il peut déclencher des sentiments d'inadéquation et de dévalorisation, mais il peut aussi déclencher la réaction de lutte ou de fuite. Personnellement, nous avons été tellement traumatisés par les interactions sociales que nous tremblons physiquement à l'idée de rencontrer d'autres personnes. Même en ce moment, alors que je rédige ce blog, je tremble. Je me dis constamment : "Et si je disais la mauvaise chose et que l'autre personne l'interprétait différemment ?" ou "Et si je prenais ce que cette personne dit trop littéralement et qu'elle me prenait pour une idiote ? Je suis constamment en état d'hypervigilance. Je dois constamment relire ce que je tape ou prendre le temps de répondre verbalement pour m'assurer que rien de ce que j'ai dit ou de ce que je pourrais dire ne pourrait être mal interprété ou déformé. Les gens (en particulier les hommes cis) profitent de nous en raison de notre personnalité de "lutin maniaque", nous utilisent pour les "réparer", puis se débarrassent de nous parce que, soudain, nous sommes "trop" pour eux. On nous dit "oh, tu devrais être authentique", et quand nous le faisons, on nous dit "oh non, pas comme ça, tu es bizarre". Tu es juste bizarre". Puis on nous fait sentir coupables d'être nous-mêmes.

Les autistes sont également plus susceptibles de subir des traumatismes interpersonnels (brimades, abus physiques et sexuels, etc.) que les personnes neurotypiques en raison du fonctionnement de leur cerveau. Nous ne percevons pas le danger de la même manière que les personnes neurotypiques, ce qui pousse les autres à profiter de nous. À l'inverse de ce que j'ai dit à propos des personnes qui se débarrassent de nous, certaines personnes, au lieu de se débarrasser de vous, vous éclairent au gaz pour vous faire croire que vous êtes le problème dans la relation. Vous êtes maintenant coincé dans un cycle d'abus mental et vous risquez d'avoir recours à la réaction de fauve afin de plaire à l'agresseur et d'éviter les abus. (S'il vous plaît, si vous êtes dans ce type de situation, demandez de l'aide immédiatement. La violence ne fera qu'empirer, elle jamais s'améliorer).

Sans parler de la surcharge sensorielle que subissent les personnes autistes. La surcharge sensorielle n'est pas seulement accablante, elle est aussi douloureux. La surcharge sensorielle déclenche littéralement les récepteurs de la douleur dans notre cerveau. Elle peut entraîner une hypervigilance et une anxiété accrue qui rendent difficile la concentration sur des tâches quotidiennes normales que les personnes neurotypiques peuvent accomplir sans problème. Cela peut également affecter notre capacité à faire face aux facteurs de stress quotidiens. Beaucoup d'autistes deviennent agoraphobes et ont l'impression que la seule façon de se protéger est de s'isoler de la société. Ce n'est pas juste, mais c'est comme ça pour beaucoup d'entre nous.

Nous avons discuté de ce sujet avec notre thérapeute et nous sommes d'accord pour dire qu'il est plus que probable que notre autisme ait contribué à nous faire développer un DID. D'autant plus que nous avons été diagnostiqués autistes tardivement. L'autisme diagnostiqué tardivement peut entraîner des difficultés de santé mentale plus importantes que pour les personnes diagnostiquées avant l'âge de 12 ans. Les personnes diagnostiquées après l'âge de 12 ans sont trois fois plus susceptibles de développer des troubles psychiatriques que leurs homologues diagnostiqués plus tôt. Sans parler du fait que la majorité des thérapeutes spécialisés dans le traitement des personnes autistes seulement travaillent avec des enfants et proposent des évaluations de l'autisme, généralement dans la petite enfance.

Il s'agit surtout d'un billet d'humeur, mais je voulais aussi sensibiliser les gens à la corrélation entre l'autisme et les traumatismes et à la facilité avec laquelle une personne atteinte d'autisme peut être traumatisée. Je pense également qu'il pourrait y avoir une corrélation entre l'autisme et le développement d'un trouble obsessionnel-compulsif, car l'un des facteurs de développement d'un trouble obsessionnel-compulsif est la répétition de traumatismes dans la petite enfance, ce que les personnes autistes connaissent sans aucun doute en abondance.

Je vous embrasse et je vous souhaite bonne chance,
Luna Evanstar

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Les_fractales_de_la_neige
1 jour il y a

Merci pour cet article !

Notre système n'est pas officiellement diagnostiqué avec l'autisme, mais il est très répandu dans notre famille (officiellement diagnostiqué dans une multitude de cas), mais plusieurs thérapeutes et médecins ont attesté que nos expériences correspondent au fait d'être autiste et d'avoir le TDAH, et l'ensemble de ce post résonne très, très profondément.

-Gabriel

Aller au contenu principal