Le semestre de printemps de l'université, c'est parti ?

Les blogs peuvent avoir un contenu sensible ou déclencheur. Le lecteur est invité à faire preuve de discernement.

Selon la section des finances étudiantes, le solde de nos frais de scolarité de printemps s'élève à $0. 

Je pense qu'elle a été payée. 

La seule indication réelle est qu'il imite le solde du semestre d'automne, et que le solde du semestre d'automne a été payé...

Nous avons passé tellement de temps à réfléchir à ce qui nous attendrait si nos frais de scolarité étaient payés, que cette possibilité nous semble irréelle et impossible. 

Nous imaginions ce que serait la course pour faire les valises et conduire avant que nos parents n'arrivent sur le campus et ne nous renvoient chez eux. 

Maintenant, nous devons acheter des manuels et savoir où se déroulent nos cours ?

Nous attendons toujours la confirmation du bureau d'aide financière pour confirmer que nos frais de scolarité ont été payés pour le semestre de printemps. 

Ce qui n'apaise pas complètement les inquiétudes quant à notre capacité à aller à l'université pour le semestre de printemps.

Et nos parents ne nous ont pas informés qu'ils avaient payé les frais de scolarité. (Nous ne leur avons pas demandé, parce que nous ne voulons pas interagir avec eux. Mais comme nous leur avons envoyé le relevé des frais de scolarité lorsqu'ils l'ont demandé, nous avons pensé qu'ils nous informeraient s'ils choisissaient de les payer).

Mais les paroles de notre grand-mère parentale sont toujours présentes. "Un jour, tes parents ne paieront peut-être plus tes frais de scolarité si tu continues à te comporter comme ça." Je pensais que ce serait ce semestre. Mais qui sait ? Ce pourrait être le semestre suivant ou quand nos parents décideront de ne plus payer les frais de scolarité. 

S'ils décident un jour d'arrêter de payer nos frais de scolarité, j'espère qu'ils ne se contenteront pas de nous narguer comme l'a fait notre grand-mère paternelle lorsque nous l'avons appelée. Se moquer et nous tenir informés de leurs plans concernant nos frais de scolarité, ce n'est pas la même chose.

Ce qui est bien, c'est qu'avec la possibilité d'aller à l'université au semestre de printemps, nous pouvons atteindre certains de nos objectifs d'"adultes". 

Par exemple, une réunion avec le service de planification des carrières pour mettre à jour notre CV et trouver un emploi mieux rémunéré que celui que nous occupons au réfectoire. 

Contacter le centre de bien-être pour savoir s'il est possible de s'assurer auprès de lui. 

Pensez que nous avons plus de choses sur notre liste. 

L'espoir est que nous ayons plus de moyens d'être indépendants de nos parents, soit si nous sommes en mesure de continuer à aller à l'université, soit si notre famille décide d'arrêter de payer les frais de scolarité. 

S'il vous plaît, ne laissez pas ce manque de communication de la part de nos parents devenir un autre jeu de pouvoir. 

Nous ne les contactons peut-être pas de la manière dont ils souhaitent être contactés. Mais nous les informons quand même. 

"Vous ne nous avez pas indiqué les cours que vous suivrez au semestre de printemps. Nous avons dû le découvrir sur votre relevé de frais de scolarité. Pour cela, plus de frais de scolarité pour vous". (Cela n'a pas été dit, mais le sentiment est là). 

La seule raison pour laquelle nous avons rompu notre période de 9 semaines sans contact avec nos parents au début du semestre d'automne était l'inquiétude pour notre semestre de printemps. Aujourd'hui, nous avons l'impression de devoir endurer un autre semestre de tournoi juste pour pouvoir continuer à aller à l'université. 

Fixer des limites avec eux n'a pas amélioré notre relation avec eux. C'est peut-être trop demander. Mais cela nous rend responsables de nos actes, alors que nous les avons accomplis dans l'intérêt de notre propre bien-être. 

Les choses sont tellement tordues avec eux. 

Les choses ont probablement toujours été tordues avec eux. 

J'espère que nous obtiendrons bientôt la confirmation dont nous avons besoin. En ce qui concerne les frais de scolarité. 

Nous espérons pouvoir trouver un emploi mieux rémunéré et obtenir notre propre assurance. 

Dieu sait que nous devons maintenant nous préoccuper (à nouveau) des notes pour conserver notre bourse.

Je veux que les enseignants soient au courant de nos frais de scolarité pour qu'ils soient plus gentils avec nous en ce qui concerne les notes. Mais notre assistante sociale connaît notre situation et nous reproche parfois de ne pas être de meilleurs élèves. Peut-être parce que nous sommes trop en retard ou que nous n'avons pas toujours des notes optimales. 

Nous essayons. 

C'est peut-être pour cela qu'elle nous pousse à traiter les traumatismes afin que nous ayons moins de stress à gérer. Ce qui est juste. Mais ce n'est peut-être pas la meilleure solution. 

Le passage à l'âge adulte et le fait d'être étudiant sont deux choses difficiles à gérer. Pourtant, nous y faisons face parce que nous voulons être dans une meilleure situation. Meilleure que celle qui nous a été donnée et dans laquelle nous nous trouvons. 

Dépendante de notre famille abusive et toxique. 

Je me plaindrai de l'université, mais je suis reconnaissante d'avoir la possibilité d'aller à l'université, sachant que c'est la meilleure solution pour nous à l'heure actuelle. Nous n'avons pas d'emploi bien rémunéré et nous ne disposons pas de notre propre assurance. 

Je ne sais pas si l'université sera toujours la meilleure solution. Ou si nous serons en mesure d'obtenir un diplôme universitaire. 

Je ne sais pas comment l'avenir va se dérouler. J'espère seulement que nous avons fait face à la situation comme nous le pouvions, et que nous avons fait des choix qui ne nuisent pas à notre santé et à notre bien-être. Et que nous avons fait des choix qui ne nuisent pas à notre santé et à notre bien-être. 

Nos parents/famille ne changeront peut-être jamais. Espérons que nous n'aurons pas à les côtoyer très longtemps, afin qu'ils aient moins d'influence sur notre vie, notre santé et notre bien-être.

Par ailleurs, nous prenons des cours de français. Je ne me souviens pas du français que nous avons appris au lycée. 

Espérons que cela nous reviendra et/ou que nous trouverons un bon tuteur (pair) pour nous aider.

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Le système de la fissure de l'étoile
4 mois il y a

Notre système n'est pas allé à l'université et, bien que nous soyons capables de vivre assez confortablement maintenant que nous sommes mariés, vivre seuls après que les souvenirs du traumatisme ont commencé à revenir a été... éprouvant, c'est le moins qu'on puisse dire. J'espère que vous pourrez terminer vos études et trouver une situation plus sûre. Cela semble extrêmement stressant et même quelque peu terrifiant en ce moment.

Les_fractales_de_la_neige
4 mois il y a

Je suis contente, même si c'est un tout autre type de stress, qu'il semble que le semestre de printemps soit prêt ! Notre système n'est pas allé à l'université (il se passe des choses dans notre État qui pourraient nous permettre d'y aller dans les deux prochaines années), mais après avoir vu le système de notre meilleur ami passer par l'université et l'école supérieure, le stress des notes et autres est... ouf.

J'espère que vous parviendrez à améliorer votre situation. Je sais aussi que ce ne sont que des mots et qu'ils n'aident en rien, mais nous tous, dans notre système, nous vous encourageons !
-?

Bonjour ! Je m'appelle Noël ! (Elle voulait vous dire que vous êtes les bienvenus pour parler avec elle/nous. Je ne suis pas sûre que nous ayons la confiance nécessaire pour être de véritables "tuteurs", mais nous sommes heureux de vous aider dans la mesure de nos possibilités).

Aller au contenu principal