Les transitions, l'affirmation de soi et l'énervement de tous

Les blogs peuvent avoir un contenu sensible ou déclencheur. Le lecteur est invité à faire preuve de discernement.

Il est 2h30 du matin et je n'arrive pas à dormir. J'ai donc regardé des vidéos sur YouTube pendant un moment et je me suis retrouvée dans le trou du lapin des transsexuels détransitionnistes, c'est-à-dire des personnes qui passent, par exemple, du sexe féminin au sexe masculin, puis de nouveau au sexe féminin. Un sujet intéressant pour moi, qui suis un transsexuel post-opératoire (mais qui ne vient pas de Transylvanie). J'avoue que j'ai été un peu déconcertée par la facilité avec laquelle il est apparemment possible d'obtenir une thérapie hormonale et une intervention chirurgicale de nos jours. J'ai effectué ma transition dans les années 90, et les Normes de soins de 1990que je connais bien, sont très différentes de celles de la Version actuelle 2022.

Je suis tout à fait favorable à l'affirmation de l'identité sexuelle des gens - je fais partie de l'équipe LGBT depuis des décennies - mais à quel moment a-t-on décidé qu'une deuxième évaluation psychologique, une vie réussie pendant un an 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans le genre choisi, et d'autres choses de ce genre étaient de mauvaises idées ? Bon sang, il y avait autrefois une période d'attente importante rien que pour les traitements hormonaux substitutifs. Aujourd'hui, on peut apparemment entrer dans un centre de planning familial et recevoir des hormones la même semaine. WTF ? Il s'agit là d'un changement de vie. Oui, les directives de 1990 étaient trop strictes, mais le pendule est-il allé trop loin dans l'autre sens ? Est-ce la raison pour laquelle mon fil YouTube est maintenant rempli de détransitionnistes ? Cela m'inquiète un peu. Ne rendons-nous pas service à nos jeunes non-conformes au genre en ne leur faisant pas franchir de grandes étapes avant de prendre des décisions aussi importantes pour leur vie ?

Peut-être suis-je déconnecté. Pour ceux d'entre vous qui vivent l'expérience de la transition transgenre ces jours-ci, à quoi cela ressemble-t-il vraiment ?

Mais cela me dérange également à un autre niveau. À quel moment notre besoin d'affirmation est-il si unilatéral qu'il pourrait potentiellement être nuisible ? Oui, nous devrions affirmer et valider les membres de nos communautés qui en ont besoin. Mais un peu d'amour vache est-il si déplacé ?

Cela nous ramène à un cheval mort que je ne devrais probablement pas fouetter : la récente controverse sur notre Discord. Il est vrai que le membre qui a accepté de quitter le Discord avait un discours qui craignait - il est apparu comme très invalidant et a même poussé certains d'entre nous à remettre en question leur propre diagnostic de DID, alors que nous avons été diagnostiqués plusieurs fois par des professionnels. Le pendule est allé trop loin dans un mouvement de non-affirmation et d'invalidation, bien que si je pensais que la personne était vraiment malveillante, elle ne serait pas encore la bienvenue sur le site web... en fait, nous sommes ENCORE en conflit en tant que conseil sur ce qu'il faut faire. Le T-E-C n'est pas d'accord entre nous, c'est une question tellement délicate. Je vais à l'encontre de l'avis de mes camarades en abordant ce sujet et je m'en excuse.

Mais que se passerait-il si, à l'instar des normes de soins pour les transgenres de 1990, ce membre n'était pas en réalité 100% dans l'erreur ? Ne devrions-nous pas encourager les gens à rechercher des diagnostics différentiels ? Comment pouvons-nous le faire sans être des "gardiens" et tout en apportant notre soutien ? C'est un problème complexe.

Si vous vous demandez si vous souffrez ou non d'un trouble dissociatif, vous êtes le bienvenu ici. Il n'appartient à personne ici de vous dire si vous souffrez ou non d'une maladie - nous ne sommes pas des professionnels de la santé et nous ne pouvons pas poser de diagnostic. Nous pouvons fortement suspect, cependant. <Cela ne veut pas dire que vous ne devriez pas faire vos devoirs. Cela ne veut pas dire que faire des recherches sur l'autisme, le TSPT, le TPL, le trouble bipolaire, etc. est une mauvaise chose à faire ou à suggérer. Il se peut que vous vous retrouviez dans plusieurs catégories - c'est le cas pour nous !

Ces troubles s'accompagnent de tellement de remises en question que je déteste jeter de l'huile sur le feu du doute et du déni. En même temps, je pense qu'il est essentiel que chacun garde l'esprit ouvert et ne s'enferme pas dans un diagnostic spécifique avant qu'un véritable expert ne l'ait vu (et non, le thérapeute moyen n'est pas un expert). (Et non, le thérapeute moyen n'est pas un expert).

Maintenant que j'ai probablement énervé TOUT le monde, je vais laisser cette question à la discussion dans les commentaires. Je demande gentiment qu'un membre en particulier, qui a le don suprême d'être mal perçu, s'abstienne de commenter et que les gens s'abstiennent également de s'en prendre à ce membre en retour. Débattons du sujet, pas des personnes, s'il vous plaît.

Qu'en pensez-vous ? L'affirmation des soins peut-elle être poussée trop loin ? Faut-il prévoir un retour en arrière automatique pour tout le monde, afin d'éviter de s'enfoncer trop rapidement dans une situation de santé mentale qui pourrait leur être préjudiciable, à l'instar des détransitionnistes ? Ou bien le risque de préjudice lié au refoulement est-il trop important ? Comment pouvons-nous, en tant que communauté, trouver le bon équilibre ? Existe-t-il un tel équilibre ?

4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Les_fractales_de_la_neige
24 jours il y a

Oooh... nous avons un tas de rendez-vous aujourd'hui, donc je ne sais pas si nous aurons le temps et/ou l'énergie, mais j'ai vraiment envie de partager nos réflexions sur ces sujets. Parce que notre vie est très intéressante dans les domaines que vous évoquez ici

Nous avons découvert que nous n'étions pas cis en 2018/2019. Nous sommes passés par une clinique de consentement éclairé (bien que nous ayons reçu des conseils au préalable, car nous ne savions pas que de telles cliniques existaient). Maintenant, nous voici en 2024, conscients de nous-mêmes en tant que système (et diagnostiqués professionnellement il y a plus de deux ans par un thérapeute spécialisé dans le trouble dissociatif de l'identité), nous avons subi une intervention chirurgicale et n'avons plus d'hormones de croissance depuis cette intervention.

Nous nous sommes auto-diagnostiqués comme souffrant de DID pendant environ un an avant de consulter notre thérapeute et d'obtenir un diagnostic officiel.

Nous ne sommes toujours pas cis, même si nous avons l'impression, à bien des égards, d'être en "détransition".

Nous n'avons toujours pas de diagnostic officiel pour l'autisme ou le TDAH, bien que de nombreux professionnels de la santé, ainsi que des amis et des membres de la famille qui ont été formés à l'autisme ou au TDAH, soient en mesure de nous aider. sont Les professionnels diagnostiqués disent tous qu'il faut absolument avoir les deux.

De plus, avec les éléments que nous avons récemment évoqués dans notre dernier article de blog... tous ces éléments nous donnent une perspective très unique sur ce genre de choses.

Nous devons maintenant nous rendre à notre premier rendez-vous, mais je voulais faire au moins ce résumé général de notre expérience pour que nous nous souvenions, je l'espère, de revenir et de parler de nos expériences plus en détail et d'entrer dans nos pensées sur les différents sujets. (Cela pourrait prendre un peu de temps, car nous avons beaucoup de choses dans le cerveau, et nous travaillons sur des quarts de travail bizarres à venir... mais nous avons l'intention de revenir. Et nous sommes très intéressés d'entendre ce que les autres pensent aussi).

Opossum
23 jours il y a

Je suppose que notre point de vue sur beaucoup de choses dans la vie est un peu comme "Personnellement, je préférerais soutenir accidentellement un menteur ou une personne mal informée (tout en essayant évidemment de fournir des sources d'informations fiables et des méthodes pour trouver des réponses) plutôt que de discréditer l'expérience vécue par quelqu'un" /g /neu

-Ty

Opossum
Répondre à  saoirse.t-e-c
21 jours il y a

Ah je /pense/ que je vois de quoi vous parlez maintenant

Malheureusement, j'ai l'impression que cela dépend de chaque situation et qu'il n'y a pas de réponse unique.

D'après notre expérience, une grande partie de l'hormonothérapie commence aujourd'hui à des doses très faibles et facilement réversibles, et les endroits où l'on peut l'obtenir examinent tous les risques avec vous et s'assurent que vous répondez aux critères de diagnostic de la dysphorie de genre.

Toute intervention chirurgicale nécessite encore 1 à 3 lettres de psychologue/conseiller.

Imo, laissons les médecins gérer chaque personne comme elle le souhaite, car ce n'est pas comme si nous avions ce pouvoir de toute façon.

Dans cette hypothèse, je dirais probablement "woah, c'est une grande découverte ! Qu'est-ce qui vous a conduit à cela ?" Et écouter ce qu'ils disent
Demandez-leur s'ils connaissent les pronoms qu'ils aiment.
Demandez-leur s'ils ont des idées de noms ou simplement comment ils aimeraient qu'on les appelle.
Il s'agit essentiellement de mettre l'accent sur les raisons et la manière dont ils se considèrent comme correspondant à l'étiquette et d'essayer d'établir un lien entre mes propres expériences et les leurs.
S'il n'y a rien qui s'y rapporte, je peux dire "cette situation est très différente de la mienne". Je peux quand même vous raconter mon histoire si vous le souhaitez et vous dire ce qui m'a aidé. Et si vous êtes d'accord, je peux vous indiquer des endroits où j'ai trouvé beaucoup d'autres personnes qui parlent de leur histoire et de ce qui les a aidées si vous le souhaitez, en particulier pour trouver quelqu'un qui a un parcours plus similaire au vôtre !

Il n'y a certainement pas de réponse unique à la question de l'affirmation, car l'histoire des LGBT et celle de la santé mentale comportent des facteurs uniques dans chaque situation, car chaque personne est différente jusqu'à un certain point.
Ce qui est valorisant pour une personne peut être le talon d'Achille d'une autre.

J'aimerais qu'il y ait une réponse simple et unique.

-Kyrenoc et Possum

Aller au contenu principal