Mise à jour et confessions à propos d'un ami 

Les blogs peuvent avoir un contenu sensible ou déclencheur. Le lecteur est invité à faire preuve de discernement.

Les choses vont plutôt bien pour nous ces derniers temps. 

La thérapie se passe bien. Vendredi, nous avons eu notre première séance de thérapie de groupe, qui s'est bien déroulée. 

Nous avons parlé de notre DID à la personne chargée des questions de handicap et d'adaptation. 

Notre assistante sociale nous a aidés à clarifier si notre bourse d'études était assortie d'une condition de moyenne, ce qui n'est pas le cas, pas après l'équipement. 

Nous avons contacté notre conseiller juridique qui nous a dit que nous pouvions demander un changement de chambre et que nous pouvions annuler cette demande. Ce qui est une bonne chose. Je ne veux pas être pris dans une situation pire. 

Nous avons abandonné notre cours d'ECON et nous avons fait la grasse matinée pendant le temps prévu pour ce cours.

Un peu moins de stress en général. 

Cependant. 

Une chose nous stresse encore et nous ne pouvons rien y faire, à moins de vouloir être un connard abusif. Ce qui n'est pas le cas.

Cela fait près d'une semaine que notre amie proche nous a annoncé qu'elle quittait notre résidence universitaire, et à peu près autant de temps depuis que nous l'avons vue pour la dernière fois. Nous lui avons demandé si elle voulait parler de ce qui s'était passé et qui l'avait poussée à quitter l'étage, mais elle a répondu qu'elle ne voulait pas en parler maintenant et qu'elle préférait qu'on la laisse tranquille. Nous lui avons dit qu'elle nous manquerait et que nous respecterions sa décision.

(Nous avons compris que cela signifiait qu'il fallait cesser tout contact avec elle jusqu'à ce qu'elle prenne contact avec nous).

Je déteste cela. 

Je déteste ne pas savoir ce qui s'est passé. 

Nous voulons retrouver notre ami. 

Et nous ne ferons rien d'autre que d'attendre qu'elle prenne l'initiative de nous contacter, parce que nous ne voulons pas lui envoyer les mêmes messages de merde que ceux que notre famille nous a envoyés lorsque nous n'avons plus eu de contact avec elle. 

Je ne sais pas si l'amitié est terminée. 

Je ne sais pas si elle est prête à en parler. 

Je ne sais pas. 

Je n'aime pas ne pas savoir les choses. 

Cela fait naître des sentiments d'insécurité et d'abandon. Ne pas avoir assez de valeur pour être informé de ces informations. D'en être protégé. La merde que nos parents auraient faite. 

La Saint-Valentin approche. J'espère qu'elle ne nous bombardera pas d'amour. 

Je suis en colère, mais je n'ai pas beaucoup de raisons de l'être. 

Ma propre " symphonie de la destruction " 😉

Nous en avons parlé à notre thérapeute. Ce qui est une bonne chose. Surtout parce que parfois nous nous inquiétons de ne pas faire les bonnes choses en thérapie : "Est-ce qu'il s'agit de mécanismes d'adaptation et de traitement des traumatismes ou est-ce qu'il s'agit d'une thérapie quotidienne qui parle de la façon dont nous gérons nos problèmes ?

Notre thérapeute n'en est qu'à ses débuts. Nous travaillons principalement sur les capacités d'adaptation, car nous n'avons pas beaucoup de /sar.

Nous n'avons pas encore commencé à nous intéresser à l'attachement. Je me demande si nous le ferons. 

Cependant, la situation de notre amie remet en question le type d'attachement que nous avions avec elle. Et pourquoi son départ (temporaire ?) nous fait réagir de la sorte. 

Nous étions plus vulnérables avec elle que nous ne l'aurions été avec n'importe qui d'autre, à l'exception de notre autre amie proche. Nous l'avons même laissé nous prendre dans ses bras et nous l'avons prise dans nos bras en retour. Nous ne laissons personne être physique avec nous, sous quelque forme que ce soit. Je ne pense pas que nous ayons été pris dans les bras depuis plus d'une semaine (en dehors des câlins que nous nous faisons à nous-mêmes).

Elle me manque. 

Je peux imaginer la vie sans elle, mais je ne le veux pas. 

Elle s'est vraiment souciée de nous et de nous avec elle. 

Nous voyons ses anciens colocataires plus souvent qu'elle, et cela ne semble pas juste. 

Elle nous contactera lorsqu'elle sera prête. Nous lui avons dit de nous contacter quand elle le souhaiterait. 

L'attente est insupportable, car la vie continue, et nous nous demandons si nous allons perdre l'un de nos deux amis proches. 

*Bruits de cris silencieux, ce sont les bruits de cris silencieux.*

Nous voulons juste qu'elle revienne.

(Je ne veux pas m'étendre sur ce sujet maintenant, je suis un peu calme et je veux le rester).

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Aller au contenu principal